Actualités

L'actualité dans la région Rhône-Alpes

 

Le 12 octobre dernier, l’antenne Auvergne-Rhône-Alpes du FBN France a organisé à Lyon une réunion plénière sur le thème de l’ADN et de la vitalité des entreprises familiales. L’enjeu était d’étudier ce qui constitue les fondamentaux d’une entreprise familiale et comment faire évoluer sa gouvernance à travers les différentes époques de sa vie dans une logique intergénérationnelle et de pérennité.

Après une présentation du FBN par Bernard Thollin, Président de l’antenne Rhône-Alpes & Auvergne et Olivier de Breyne, Délégué Régional, c’est Xavier Gautier, Conseiller en gouvernance, qui a animé la réunion. Ayant rappelé ce qui fait l’ADN d’une entreprise familiale et de ce qui participe à sa vitalité, Xavier Gautier a présenté les différentes solutions possibles pour forger puis fortifier cet ADN en le faisant vivre à travers les époques grâce notamment à l’implication des nouvelles générations : « s’approprier autant que développer cet ADN ».

 

Pour cela, il s’est appuyé sur les deux témoignages de Rémy Bontoux (Président du Groupe Bontoux - 4ème génération) et de Patrick Richard (Président de l’Huilerie Richard – 4ème génération), qui ont particulièrement mis en exergue les motivations menant à la pérennité d’une entreprise familiale en général et des leurs en particulier (leurs entreprises respectives étant plus que centenaires).
Leurs propos ont été soulignés par la participation de certains de leurs enfants présents à cette réunion (NxG de 5ème génération) qui ont partagé leur ambition de reprendre le flambeau de l’entreprise familiale.

 

Ces témoignages ont suscité des échanges avec un auditoire très intéressé et participatif où plusieurs générations d’entreprises familiales étaient représentées.

 

L’atelier de fin d’année s’est tenu le 7 décembre dernier à Lyon sur le thème « L’immobilier d’entreprise : optimisation fiscale et patrimoniale » et fut animé par Fidal. Après un tour de table pour présenter les participants, Me Matthieu de Valonne et Me Benjamin Lichtlé, Avocats Directeurs associés du Département Droit Fiscal de Fidal, ont tenu un exposé précis sur les moyens d’optimiser fiscalement et patrimonialement l’immobilier d’entreprise.

La fiscalité de l’immobilier d’entreprise dépend en effet de son mode d’acquisition et de détention (par un tiers via une SCI patrimoniale ou par la société d’exploitation). L’option fiscale qui en découle (IR ou IS) sera à prendre en considération par le dirigeant de l’entreprise.
Après avoir étudié les différents modes de financement d’acquisition d’immobilier relatifs à ces deux solutions, il a également été question des schémas de sortie (cession de l’immeuble, cession des titres SCI, réduction du capital, distribution de dividendes en nature,…).
Par ailleurs, la solution du démembrement de propriété appliquée à l’immobilier d’entreprise a été évoquée avec un focus sur le recours à l’usufruit temporaire.

 

Enfin, les avocats de Fidal ont présenté le volet du projet de loi de finance concernant le nouvel Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) et ses contours (assiette de l’impôt, passif déductible, évaluation des biens,…) qui devrait être voté prochainement.

Cet atelier a permis aux participants d’échanger de manière très constructive et en toute confidentialité.

 

Newsletter - décembre 2017

 

De la ressource dans le Grand Ouest ! Les dernières actu de la région

 

Après avoir parcouru les sujets de fond comme les pactes Dutreil ISF et Dutreil Transmission en atelier en septembre, les membres régionaux ont pu explorer des sujets originaux comme la RSE et les émotions ambivalentes.

En octobre, ce fut autour d’une plénière à Nantes, avec un panel d’intervenants hors pair, que nous avons parcouru les tenants et aboutissants des politiques RSE au sein des entreprises familiales. Les participants ont eu la chance d’entendre et de questionner des témoins comme Valentine Fievet, membre du conseil de surveillance d’UNIBEL, Olivier Guilbaud, Président chez LABORATOIRE SCIENCE ET NATURE, François GUERIN, Directeur Général de CETIH, Frédérique Gaulard et Nicolas MARTIN, consultants en RSE et Jean-François YERLE du cabinet FIDAL.

 
En décembre, la tendance était à l’intergénérationnel avec un hacking du Club OPENxG par les « seniors », mais pour le plus grand plaisir des plus jeunes. Notre Cercle OPENxG qui traitait des émotions ambivalentes a fait salle comble pour accueillir aussi des membres « moins jeunes » très attirés par le sujet. Nous y avons entendu le témoignage très touchant d’Anne-Marie MOUSSET, co-fondatrice du Groupe MOUSSET.

 

Les jeunes sont OPEN ! et avaient eu leur temps « pour eux » juste avant la rentrée avec un séminaire dédié qui a rassemblé 25 personnes à Nantes fin août. Un thème et des témoins inspirants : « En Avant la NextGen ! ». Avec le témoignage de Cyr DIORE (co-organisateur de THE BRIDGE, la traversée transatlantique du Centenaire) nous avons vogué toutes voiles dehors vers nos aspirations profondes et avons travaillé sur nos postures de manageurs, pour terminer par un coaching vocal plein d’ambition !

 

Newsletter - décembre 2017

 

L'actualité dans la région Méditerranée

 

Le 12 septembre dernier, le FBN organisait en Méditerranée une soirée sur le thème "Philanthropie et fondations d'entreprises familiales", avec la fondation Culturespaces à l’Hôtel de Caumont à Aix en Provence, lieu magnifique et emblématique de la fondation Culturespaces. Lors de cette soirée exceptionnelle, des dirigeants d’entreprises familiales sont venus témoigner librement sur ce thème et nous avons eu le plaisir et le privilège de recevoir :

- Jean-Paul CAPITANI, Président du directoire d’Actes Sud SA, Président du conseil d'administration du fonds de dotation Antoine Capitani et Secrétaire de l’Association Ecole du Domaine du Possible.

- Christine ALLAIN-LAUNAY BLACHERE, Directrice de la communication de Blachère Illuminations et Déléguée générale de la Fondation Blachère

- Hervé GONNORD, Responsable juridique en charge du mécénat au sein de la société holding de Fleury Michon et Président délégué de la Fondation Bertrand Gonnord (placée sous égide de la Fondation d’Auteuil)

- Hélène DEMAEGDT, Présidente du Fonds de dotation Synergie Solaire.

 

La table ronde était animée par Gersende de PONTBRIAND, fondatrice de Mécène Invest, conseil en mécénat et philanthropie.

 

Une centaine de personnes ont répondu présents à cette belle soirée et ont tous été touchés par la profondeur des témoignages et très heureux que ce thème, abordé pour la première fois dans la région, mette en avant ces beaux projets philanthropiques.
Après deux heures d’échanges, la soirée s’est prolongée dans les jardins de l’hôtel pour un cocktail dînatoire.

 

Cette année, le FBN a également fêté son nouveau partenariat en Méditerranée avec le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur. Pour amorcer cette nouvelle étape, une plénière d’ouverture à Saint-Laurent-du-Var (au siège de la Caisse) s’est tenue le 28 novembre autour du thème « Dialogue intergénérationnel et transmission. Comment reprendre l'entreprise de ses parents dans l'harmonie et l'épanouissement de chacun". Grâce au témoignage de Frédéric Misseri, Président Directeur Général de Lagardère France et de l’apport de Brigitte Kramer, coach et consultante, les échanges ont été très riches d’enseignements et de bonnes pratiques, sans tabou, et avec beaucoup d’empathie.

Newsletter - décembre 2017

 

La Cité de la réussite fait l'éloge de la transmission

 

Comment imaginer la continuité de ce que l'on a créé ? Entre craintes, promesses et espoirs
Avec les témoignages de Philippe GRODNER, Président du Groupe Simone Pérèle, Président du FBN France et Raphaël PALTI, Fondateur et Président-Directeur Général d'Altavia.

 

Cette table ronde a été proposée le 18 novembre dernier dans le cadre de la 20e édition de la Cité de la réussite à la Sorbonne. 50 conférences réunissant personnalités des mondes politique, entrepreneurial, culturel et scientifique étaient consacrées à L’éloge de la transmission.

Philippe Grodner et Raphaël Palti ont ainsi partagé leur vision et bonnes pratiques relatives à la transmission de l’entreprise familiale, notamment au moment-clé où naît l’intention de continuer ce que l‘on a créé ou repris, et où tout va se jouer pour la génération suivante.

Raphaël Palti explique qu’en tant que fondateur et PDG du groupe Altavia, il se pose la question de la suite à donner à Altavia, tant au niveau de son développement et de sa croissance qu’au niveau du maintien de la propriété au sein de la famille.
Cette question (il a 59 ans et est père de 6 enfants), participe d’un processus de réflexion lancé auprès de la génération suivante depuis février 2017 et qui s’achèvera en juin 2018 : l’entreprise doit-elle rester familiale ou non ?


Il s’agit pour Philippe Grodner d’une question classique, très liée à l’envie de la génération suivante et au schéma propre à l’entreprise. On veut toujours le meilleur pour ses enfants, mais pour autant, leurs ambitions peuvent être différentes. Si elles concordent, alors il convient de sonder leurs motivations et d’adopter une démarche rationnelle, en se dégageant de toute forme d’affect pour rechercher un consensus.

Un des bons réflexes consiste à ne pas prendre part à la réflexion des enfants, de confronter et approfondir leur envie et leurs motivations par rapport aux trois cercles qui symbolisent l’entreprise familiale : la famille, l’actionnariat et l’entreprise. Quel rôle et quel positionnement la nouvelle génération souhaite-t-elle adopter ? Où veut-elle et peut-elle se situer par rapport à ces trois cercles ?

Quelles sont les conditions d’une transmission réussie ?

Tout d’abord, laisser le temps au temps, traiter le sujet à froid, le plus en amont possible, et cela se mesure en années.
Ensuite, il convient de fixer des règles du jeu, par exemple par l’écriture d’une charte qui permette d’engager moralement les membres de la famille dans une démarche réfléchie, « désaffectée », de préférence avec un tiers pour essayer de limiter la partie irrationnelle qu’il existe inévitablement.
Il faut aussi avoir une réflexion business stratégique à 5 ou 10 ans qui tienne compte des transformations totales des métiers : ne vais-je pas transmettre un fardeau ?

Enfin, quatre critères essentiels sont à mesurer:
- L’envie
- Les compétences
- La légitimité
- Le potentiel de l’éventuel « repreneur »
(NB : Tout en restant capitalistiquement familiale, une entreprise peut en effet confier la responsabilité managériale à un membre extérieur à la famille)

Un panel d’étudiants a ensuite posé des questions aux deux intervenants

A vos débuts, comment avez-vous envisagé la suite ?

P.G : il s’agissait de réfléchir au passage de la 2e à la 3e génération dans mon cas et cela a commencé vers 40/45 ans. Un travail collectif a été mené pour intégrer ces 7 actionnaires supplémentaires, dont 2 sont aujourd’hui opérationnels (mon fils DG et ma nièce DA). Les actionnaires se réunissent tous les 3 mois.
R.P : au début la transmission n’est pas le sujet, il est seulement question de réussite et d’un combat quotidien. La richesse d’une entreprise, ce sont ses hommes, et son succès, la durée. C’est la force qui fait la taille et non l’inverse. Le sujet de la transmission existe dans le génie propre du groupe : transmettre l’art et la manière d’Altavia.

Les métiers évoluent, les activités changent, comment repenser les RH comme outil de recrutement ?

R.P : oui, tout bouge, tout change. Le sujet est celui de la formation et de l’acculturation pour recruter des jeunes qui aujourd’hui, travaillent et agissent autrement. Les nombreuses acquisitions que le groupe a faites d’une dizaine d’entreprises digitales nous ont aidées. Nous disposons également d’un programme appelé « shadow » qui consiste à proposer à un jeune de l’entreprise d’accompagner le PDG au quotidien pendant une certaine période

Comment assurer la continuité d’une marque ?

R.P : la confiance ne se décrète pas, elle s’acquiert. Il faut accepter qu’on peut faire autrement et mieux. Une entreprise, c’est un génie propre, fait de valeurs, l’art et la manière sont composés de plusieurs ingrédients
P.G : la continuité de la marque passe par la continuité des valeurs de la famille. Mais il faut aussi accepter de « déboulonner la statue du commandeur », et enfin de bien veiller à ce qu’il n’y ait qu’un seul patron.


Faut-il transmettre les valeurs quand on songe à transmettre ?

R .P : oui, c’est majeur, et d’ailleurs on y pense tout le temps, on ne peut pas faire sans les valeurs
P.G : les valeurs, c’est le critère n°1, et celui d’ailleurs par lequel commence tout travail en famille sur une charte

Anticiper, communiquer, poser des règles claires, tenir compte des envies tout en les mesurant à l’aune des compétences et des défis stratégiques à relever, telles sont quelques-unes des bonnes pratiques à retenir de ces échanges passionnants, qui se sont conclus sur cette citation de René Char
« Notre héritage n’est précédé d’aucun testament »

Newsletter - décembre 2017

 

L'actualité dans la région Grand-Est

La confiance se gagne, le respect se donne et la loyauté se démontre. En cette fin d’année, nous souhaitons remercier tous les membres de l'antenne Grand-Est du FBN France pour l’ensemble des échanges riches d’authenticité et d’enseignements, apportant une énergie et une émotion toujours plus nourrissantes à chaque événement. Merci pour votre participation et votre confiance qui font la richesse de notre réseau.

Dès la rentrée en septembre, les NxG ont eu plaisir à se retrouver pour le troisième atelier OPENxG et travailler en co-développement sur « trouver mes équilibres ». Un thème essentiel pour s’épanouir à la fois en tant qu’individu, professionnel, actionnaire et membre familial. Un Stammtisch « informel et impromptu» a eu lieu fin décembre, car les membres NxG sont toujours plus désireux de se réunir entre pairs, régulièrement !

Lors de la dernière réunion plénière de l’année, début octobre, en partenariat avec le CIC, sur le thème « les défis d’une transmission intrafamiliale réussie », 43 participants se sont retrouvés autour de 2 témoins représentant la « Génération fondatrice » et 3 témoins de la nouvelle génération. Les échanges ont été animés par Valérie Denis (Directrice de la Chaire "Familles en entreprises" de l'ICHEC Management School Bruxelles et Gérante de la société Altando). Une soirée exceptionnelle liée au partage d’expériences sur les enjeux humains intergénérationnels, les motivations de chaque génération et la nécessité de structurer sa gouvernance d’entreprise et familiale pour un processus de succession managérial et actionnarial réussi.

Newsletter - décembre 2017

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account